Quel est l’impact environnemental de la culture de chanvre ?

Quel est l’impact environnemental de la culture de chanvre ?

On n’apprend rien à personne en disant que la planète va mal. Cela amène de plus en plus de personnes à chercher un moyen d’arranger les choses, ou au moins de ne pas les empirer. Les cultures écologiques font partie des résultats de cette prise de conscience, et bon nombre d’agriculteurs y adhèrent. On essaie dorénavant de produire sainement, avec des cultures respectueuses de l’environnement. D’ailleurs, de plus en plus de consommateurs font attention aux produits qu’ils achètent, s’assurant d’abord qu’ils ont été produits dans des conditions éco-responsables. Qu’en est-il de la culture du chanvre et de son impact sur l’environnement ?

Le chanvre : une culture écologique !

Le saviez-vous ? Le chanvre est particulièrement résistant à la sécheresse, et pour cause, ses racines ont la capacité de s’enfoncer jusqu’à 3,5 mètres dans le sol. Aussi, cette plante a besoin de peu d’eau pour pousser, et même pas d’irrigation. Cela est une bonne nouvelle, car de plus en plus de régions dans le monde sont confrontées à la sécheresse, et les agriculteurs sont en première ligne pour en subir les conséquences.

Lorsque le chanvre est cultivé de manière écologique, cela ne nécessite aucun intrant chimique. Du coup, vous n’aurez pas besoin d’herbicide, d’insecticide, et encore moins de fongicide. Cette plante a aussi la particularité de rendre de l’azote dans le sol, ce qui est une bonne nouvelle. En effet, d’autres cultures comme le coton, appauvrissent plutôt le sol en y puisant ses éléments nutritifs. De même, le chanvre est une plante qui stocke du CO2 à l’intérieur de ses structures, ce qui signifie qu’elle lutte contre le réchauffement climatique, aussi bien qu’un arbre. En effet, selon des études, un hectare de chanvre peut absorber jusqu’à 15 tonnes de CO2 par an, ce qui correspond à la capacité d’absorption en CO2 d’un hectare de forêt.

De même, cette variété du cannabis sativa, structure le sol grâce à son système racinaire, et met en valeur tous les éléments fertilisants du sol. Le chanvre a donc plusieurs vertus écologiques, et en plus, il a une croissance très rapide, ce qui fait qu’il étouffe facilement les mauvaises herbes. De ce fait, cette plante n’a pas besoin d’entretien particulier jusqu’au moment de sa récolte, rendant sa culture aisée. C’est l’une des raisons pour laquelle beaucoup d’agriculteurs se diversifient vers cette culture. 

Comme notifié plus haut, alors que certaines cultures appauvrissent les sols, le chanvre, au contraire, le nourrit. Du coup, plutôt que de laisser toute une parcelle se reposer sans aucune culture pendant une longue période, y cultiver du chanvre en attendant une probable construction serait une très bonne idée selon les agronomes. Selon ces spécialistes, les rendements seraient même meilleurs par la suite.

Moins bonnes nouvelles avec le chanvre 

Puisque les règles commencent par s’assouplir, la culture du chanvre devient très importante. A priori, il s’agit d’une bonne nouvelle pour la planète, mais en réalité, le chanvre a un impact écologique positif lorsqu’il est cultivé en extérieur. Quand il est produit en intérieur, c’est une autre histoire !

C’est au temps de la prohibition du chanvre qui avait commencé par être utilisé comme une drogue, que les problèmes ont commencé. Puisqu’il était difficile de camoufler des champs de chanvre, des producteurs ont commencé par en cultiver en intérieur. Cela se passait surtout aux USA, et les équipements utilisés par les professionnels pour les espaces de culture en intérieur, sont particulièrement gourmands en électricité. Cela est nécessaire pour qu’il puisse y avoir un bon rendement. 

En effet, pour que les plantes poussent bien en intérieur, il faut un éclairage à haute intensité, des chauffages, des humidificateurs et déshumidificateurs, des émetteurs de dioxyde de carbone, des systèmes avancés de ventilation, et bien d’autres machines énergivores selon les moyens et producteurs concernés. Toutes ces énergies déployées ne sont point écologiques, au contraire. 

Malheureusement, si avec les règles plus souples, la majorité de ceux qui s’intéressent à la culture du chanvre le font en extérieur, beaucoup continuent la culture en intérieur. Aux USA, le pays où la culture du chanvre est la plus importante, la quantité d’énergie utilisée pour cultiver du chanvre en intérieur par an, correspond à la consommation électrique de 1% de tout le pays, soit 20 millions de foyers.

Pour conclure, on dira que la culture du chanvre a normalement un impact environnemental positif, à condition que cela se fasse à l’extérieur.